CIHOI
CRESOI
Université de La Réunion

Actualités

Rechercher sur le site

Agrégation d’histoire

Nous vous donnons les sujets en histoire contemporaine pour 2017. Message adressé par M. Jean-Claude CARON (AHCESR).

Chères et chers collègues,

vous trouverez ci-dessous les questions d’histoire contemporaine de la session 2017 :

- pour l’agrégation externe et le Capes

- pour l’agrégation interne,

avec les textes d’accompagnement.

Bien à vous,

Jean-Claude Caron

Agrégation externe d’histoire – Session 2017

Histoire contemporaine

Le Moyen-Orient de 1876 à 1980

Le Moyen-Orient est une expression forgée en 1902 et renvoyant aux intérêts britanniques sur la route des Indes. En dépit d’une définition géopolitique fluctuante, le jury considère que cet espace correspond aux États actuels suivants : Arabie saoudite, Bahreïn, Égypte, Émirats arabes unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Palestine, Qatar, Syrie, Sultanat d’Oman, Turquie et Yémen. La question n’inclut donc pas l’Afghanistan, l’Asie centrale, les Balkans, le Caucase et le Maghreb.

Au début de la période, cet espace est structuré par deux Empires : l’Iran (appelé Perse jusqu’en 1935 dans les relations internationales) et l’Empire ottoman. La défaite et la disparition de ce dernier après la Première Guerre mondiale entraînent la naissance de la République turque (1923), ainsi que la création ou l’indépendance d’États arabes, constitués pour partie sous l’égide de puissances européennes mandataires de la Société des Nations. En 1948, le mandat britannique en Palestine prend fin : l’État d’Israël est créé ; l’État arabe palestinien ne voit pas le jour.

La question mise au programme s’étend de l’année 1876, qui marque la promulgation de la Constitution ottomane, à l’année 1980, qui correspond au lendemain de la révolution et de l’avènement d’une république islamique en Iran, au début de la guerre Irak-Iran et au coup d’État militaire en Turquie. Ce siècle est marqué par :

- de 1876 à 1914 : la mondialisation des échanges ; le renforcement des États et des moyens de gouvernement ; le développement des impérialismes européens, des nationalismes, des idéologies politiques et des mouvements révolutionnaires ; la mutation des sociétés rurales et urbaines ; les réformismes et les nouvelles pratiques culturelles ; les questions communautaires et confessionnelles parmi lesquelles la question arménienne ;

- de 1914 à 1924 : la Première Guerre mondiale et ses conséquences sur les populations et les sociétés ; le génocide arménien et assyro-chaldéen ; la Révolte arabe ; l’occupation militaire d’une grande partie du Moyen-Orient par les Européens et la mise en place des mandats de la SDN ; la guerre en Anatolie, la création de la République turque et la suppression du califat ottoman ; l’avènement de la dynastie Pahlavi en Iran ;

- de 1924 à 1948 : la mise en place des États, des frontières et des territoires ; la construction des identités nationales ; la question kurde ; la diversité des cultures politiques ; de nouveaux modes de vie ; l’enjeu de l’éducation et de la jeunesse ; les contestations de l’ordre colonial et mandataire ; le développement du Foyer national juif en Palestine ; la Seconde Guerre mondiale ;

- de 1948 à 1967 : la création de l’État d’Israël et le conflit israélo-arabe ; la question palestinienne ; les mobilisations nationalistes ; les révolutions arabes ; la montée des régimes autoritaires ; le multipartisme en Turquie ; les réformes agraires et les modèles d’industrialisation ; la Révolution blanche en Iran ; l’économie du pétrole ;

- de 1967 à 1980 : les guerres (guerre des Six jours, guerre de 1973, guerre du Liban, début de la guerre Irak-Iran) ; la crise du nationalisme arabe ; l’occupation des territoires palestiniens ; l’indépendance des États du Golfe ; les enjeux pétroliers ; le tournant islamiste ; le traité de paix égypto-israélien (1979) ; la révolution iranienne ; la déstabilisation politique et le coup d’État de 1980 en Turquie.

Dans ce cadre chronologique et événementiel qui devra être connu, on étudiera particulièrement les populations et les sociétés, les évolutions religieuses et culturelles, la formation des États et des mouvements politiques, l’économie et les enjeux du développement, les guerres et la violence.

Il s’agit donc d’aborder la région en elle-même et pour elle-même : la question ne porte ni sur l’histoire de la colonisation, ni sur l’histoire des relations internationales.

La connaissance du Moyen-Orient contemporain apparaît comme constituant un élément de la culture professionnelle des professeurs d’histoire et géographie. De manière plus spécifique, son étude éclaire les programmes scolaires du second degré : la conflictualité de la région (classes de Terminale et de Troisième) doit être réinscrite dans des processus historiques de mondialisation, de croissance économique, de mutation des sociétés, de violence et de meurtres de masse (classes de Première et de Troisième). Ces processus relient l’histoire du Moyen-Orient au temps de l’Europe et du monde.

Agrégation interne d’histoire-géographie – Session 2017

Histoire contemporaine

Citoyenneté, République, démocratie en France de 1789 à 1914

Cette question couvre, durant un long XIXème siècle, l’histoire des développements de trois thèmes majeurs de l’histoire de la France et de son empire colonial. Ces thèmes sont liés de manière indissociable aux champs politique, social, culturel et militaire de la France.

Il s’agit d’analyser et d’articuler les mutations sociales, politiques, culturelles et religieuses : éducation et instruction publique, évolution de la société, contexte politique et organisation militaire, histoire des arts, presse, iconographie Il s’agit également de montrer comment elles s’inscrivent dans un cadre institutionnel et légal en évolution. Il s’agit enfin d’étudier les phénomènes politiques à l’œuvre dans la société, d’évaluer la capacité ou non de celle-ci à construire une démocratie en actes et d’analyser les formes d’exercice de la citoyenneté, dans la société civile et dans la société militaire.

Le point de départ : 1789 renvoie au début de la Révolution française et à la révolution des droits. Il se réfère à la naissance de la citoyenneté contemporaine avant que l’été 1792, avec l’élection au suffrage universel masculin, la naissance et la défense de la République, la guerre ne fassent coïncider les trois dynamiques du sujet de façon nouvelle. Le terme retenu : 1914 renvoie à l’épreuve de la guerre pour la France et les Français, après les crises sociales, politiques, nationales et militaires traversées par la IIIème République durant les années précédentes.

La question conduit à décrire des hommes, des femmes, des étrangers, des populations de la France et de son Empire colonial, au cœur d’enjeux politiques et nationaux : définitions de la nationalité, émergence, extension et exclusion de la citoyenneté, modes d’accès à la culture républicaine, y compris les formes d’oppositions aux programmes successifs de construction civile et nationale adossés au triptyque citoyenneté, République et démocratie.

Si l’universalisme souvent revendiqué des idées, pratiques et représentations du politique, comme les formes d’influence à l’international sont inclus dans la réflexion, la France est au cœur du sujet. Cet intitulé met ainsi l’accent sur les débats et enjeux politiques dans toutes leurs dimensions, sur leurs acteurs dans toute leur diversité, et sur les évolutions des uns et des autres au cours de la période considérée.

La question est en adéquation avec les programmes de l’enseignement secondaire en histoire et en instruction civique (classes de quatrième, de troisième, de seconde et de première des collèges et des lycées) qui visent à doter les élèves d’une culture politique dans son contexte historique, abordent les problématiques de compréhension des mutations du politique et de démocratisation des sociétés en France, en Europe et dans le monde à partir de la Révolution française, analysent la construction d’un modèle républicain dans sa complexité, jusqu’à nos jours. Elle témoigne par ailleurs du dynamisme de l’histoire de la France en France et de l’internationalisation de cette historiographie. Elle intègre enfin les débats en cours dans la recherche et chez les historiens, en France et à l’étranger.

Océan Indien

Les îles de l'océan Indien > La Réunion <> Les Comores <> Les Seychelles <> Madagascar <> Mayotte <> Maurice <> Rodrigues