CIHOI
CRESOI
Université de La Réunion

Actualités

Rechercher sur le site

Appel à communications

La semaine de l’Histoire se tient du 18 au 23 novembre 2013, les appels à communications ont été lancés pour les thématiques des séminaires et du colloque. Nous les publions ci-dessous. Semaine de l’Histoire 18 au 23 novembre 2013

Colloque des 18 et 19 novembre 2013

Saint-Denis : Histoire politique et culturelle d’une capitale depuis le XVIIIème siècle

L’Association Historique Internationale de l’Océan Indien a choisi d’ouvrir la Semaine de l’Histoire de l’année 2013 par un colloque sur l’Histoire politique et culturelle de Saint-Denis. Si des travaux existent sur l’histoire de la capitale, une relecture des faits est toujours possible. Mais compte tenu des évolutions récentes dans ces deux domaines, une réflexion s’impose. Les intervenants accorderont une place aux jeux démocratiques depuis l’époque révolutionnaire, à l’interpellation de la capitale lors des grands tournants politiques (lieu de réception des informations, lieu de passage des politiques nationaux et internationaux…), mais ils ne négligeront pas les enjeux culturels, les lieux de diffusion de la culture, les lieux de production de la culture, le patrimoine culturel et les politiques de protection de ce patrimoine matériel (industriel, religieux, social…) et immatériel (musical, danse, conte...)

Fiche de participation (à envoyer avant le 31 mars 2013 à prospereve@hotmail.com)

Nom : Prénom : Centre de recherche et université de rattachement :

Prise en charge par le centre de recherche :

Titre de l’exposé :

Semaine de l’Histoire du 16 au 23 novembre 2013

Colloque du 20 au 22 novembre 2013

Histoire de l’environnement en indianocéanie (La Réunion, Maurice, Rodrigue, Madagascar, les Seychelles, Mayotte, les Comores)

L’histoire de l’environnement, en replaçant l’homme dans les écosystèmes dont il fait partie et en s’attachant spécifiquement à l’étude de leurs interactions, exige un regard pluridisciplinaire allant des sciences humaines et sociales aux sciences de la vie et de la nature, associant de fait historiens, géographes, archéologues, biologistes et climatologues. L’histoire de l’environnement connaît en France un développement notable, depuis une quinzaine d’années. Les avancées interdisciplinaires ont été produites par la jonction des approches issues du paléoenvironnement (palynologie, anthracologie, dendrochronologie, carpologie...), de l’archéologie, de la géographie (biogéographie historique, géomorphologie, géo-archéologie), plus marginalement de l’histoire. La recherche sur le temps dans l’environnement a permis de jeter des passerelles entre faits de nature (climat, évolution des grandes formations végétales, dynamiques géomorphologiques...) et faits de société (construction des terroirs, gestion des forêts, pratiques environnementales...), et de générer de nouvelles configurations disciplinaires, de nouvelles questions. Plus récemment, historiens, historiens des sciences et des techniques se sont mobilisés à leur tour, le plus souvent autour de questions touchant à l’environnement urbain et industriel et portant sur des temps plus courts. La crise mondiale du capitalisme a mis en évidence le fossé qui existe entre l’économie réelle et l’économie virtuelle. La course effrenée au rendement, à la consommation, aux crédits a ruiné le système bancaire mondial et mis à nu toute la violence d’un système économique ultralibéral. Il faut aujourd’hui réguler les rapports de l’homme et de l nature, accepter de réduire les richesses pour réduire les inégalités et soumettre les problèmes économiques aux problèmes écologiques. La technique introduit non seulement de nouveaux risques dans les écosystèmes mais une dimension imprévisible des répercussions engendrées par ces risques. L’empreinte humaine sur la nature conduit à l’épuisement des ressources minières, fossiles, maritimes qui s’accompagne d’une augmentation sans précédent de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Entre le libéralisme naïf et le dirigisme brutal il existe une écodémocratie située entre l’imprévoyance écologique et la décroissance résignée. L’économie doit être mobilisée pour servir l’écologie et l’écologie l’économie, car l’une et l’autre sont les sous ensembles de la justice sociale.

Pour l’année 2013, l’Association Historique Internationale de l’Océan Indien a retenu pour son colloque central de la Semaine de l’Histoire (du 20 au 23 novembre) le thème : « Histoire et environnement en indianocéanie depuis le XVIIème siècle ». Il s’agit pour elle non pas de céder à une mode, mais de poursuivre une réflexion commencée en 2009 sur la question des prix, du coût de la vie, de l’alimentation dans cette zone.

Des exposés sont possibles sur les sources et méthodes de l‘Histoire de l’environnement dans les pays de cette zone, sur leur Histoire rurale, sur l’histoire du climat, sur l’Histoire de la déforestation, l’évolution des paysages et des moyens de communication. Le débat sur les parcs nationaux de la zone peut aussi être abordé.

Fiche de participation (Réponse à envoyer avant le 31 mars 2013 à prospereve@hotmail.com)

Nom : Prénom : Organisme de recherche et Université de rattachement :

Océan Indien

Les îles de l'océan Indien > La Réunion <> Les Comores <> Les Seychelles <> Madagascar <> Mayotte <> Maurice <> Rodrigues