CIHOI
CRESOI
Université de La Réunion

Actualités

Rechercher sur le site

Appels à communications

Le Congrès 2019 de l’AAF aura pour thème la transparence. Il aura lieu à Saint-Etienne les 3-5 avril. S’il s’agit d’un congrès professionnel, les contributions d’autres professions, dont les historien.ne.s (etc.) sont tout à fait bienvenues si elles s’inscrivent dans la thématique du congrès. Vous trouverez en ligne l’appel à contributions : lecture en ligne version pdf et les formulaires qu’il faut remplir pour proposer une communication ou une table ronde. Je vous donne ci-dessous quelques extraits de l’argumentaire. Bien cordialement, CL.

La transparence est un enjeu central dans le métier des archivistes, garants d’un équilibre fragile entre la nécessaire protection de certains secrets et l’accès aux informations indispensables au fonctionnement d’une société démocratique.

Dans la sphère publique, la législation tend à garantir un accès toujours plus large des citoyens à l’information produite par les services publics, poussée en cela par les facilités offertes par le numérique, que rappelle le mouvement de l’open data. Cette soif de transparence traverse toute la société et touche également les entreprises : certaines de leurs données sont vues comme des biens communs auxquelles tout le monde devrait avoir accès, surtout quand leur activité peut avoir un impact sociétal fort.

La multiplication récente des alertes lancées au coeur même des organisations pourrait bien être le signe d’une mutation de l’équilibre entre secret et transparence. Par son rôle dans la gouvernance de l’information, l’archiviste se trouve au coeur de ces transformations.

L’activité de l’archiviste elle-même n’échappe pas à ce tiraillement : le débat actuel sur les « archives essentielles » montre que les pratiques professionnelles archivistiques peuvent être mal connues ou mal comprises, fragilisant d’autant, aux yeux des citoyens, la confiance portée dans les institutions publiques ou privées auxquelles l’archiviste appartient. En tant que professionnel de l’information, l’archiviste est aussi interrogé sur sa capacité à conserver et mettre à disposition l’information numérique.

La troisième édition du Forum des archivistes qui se déroulera à Saint-Étienne les 3, 4 et 5 avril 2019 sera l’occasion de dresser le bilan des pratiques archivistiques actuelles, à l’aune de la question de la transparence, et d’analyser les perspectives à venir, tout en favorisant le dialogue avec les utilisateurs des informations que les archivistes contribuent à conserver.

Afin de rassembler le maximum de problématiques en lien avec l’activité des archivistes et la place des archives dans la société, le comité scientifique du Forum des archivistes 2019 propose d’aborder la transparence comme un sujet global, incluant :

La notion politique attendue de nos institutions démocratiques, qui doivent rendre compte à la Nation et informer autant que possible sur leur fonctionnement. Un ensemble de pratiques concrètes, archivistiques ou non, qui permettent de rendre accessibles et compréhensibles des informations. La prise en compte de la matérialité des informations, quel que soit leur support : une information n’est jamais elle-même « transparente », c’est-à-dire accessible sans intermédiaire. La transparence est de ce fait avant tout médiation.

Question n°1 : Quels sont les besoins de la société civile en matière d’archives ?

Axe 1.1 : Rechercher la vérité.

Axe 1.2 : Maîtriser la vie quotidienne.

Axe 1.3 : Mieux se connaître.

Question n°2 : Comment l’archiviste donne-t-il accès aux archives ?

Axe 2.1 : Les efforts des archivistes pour mieux faire connaître leurs fonds et les innovations en ce sens…

Axe 2.2 : … mais la persistance de la méconnaissance de l’« atelier de l’archiviste ».

Axe 2.3 : Le travail des archivistes face aux défis du numérique.

Question n°3 : Le droit garantit-il l’équilibre entre la transparence et la protection des autres intérêts, particuliers et général ?

Axe 3.1 : Le droit de l’accès aux archives et de la diffusion des informations.

Axe 3.2 : Les droits limitatifs de l’accès aux archives ou de la diffusion de l’information.

Axe 3.3 : Le droit de la confiance dans la sincérité des moyens du numérique.

Océan Indien

Les îles de l'océan Indien > La Réunion <> Les Comores <> Les Seychelles <> Madagascar <> Mayotte <> Maurice <> Rodrigues