CIHOI
CRESOI
Université de La Réunion

Actualités

Rechercher sur le site

Thèse soutenance

Madame Céline RAMSAMY-GIANCONE soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire intitulée : " Catholicisme et hindouisme populaire à l’île de La Réunion, contacts, échanges (milieu du XIXe-début du XXe siècle) ", sous la direction de Monsieur Prosper EVE le :

Mardi 16 octobre 2018 A partir de 15h30 Amphithéâtre 4 UFR Lettres et Sciences Humaines

Composition du jury : Madame Vijaya TEELOCK, Maître de Conférences, H.D.R., Université de Maurice Monsieur Prosper EVE, Professeur, Université de La Réunion Monsieur Michel LATCHOUMANIN, Professeur, Université de La Réunion Monsieur Ralph SCHOR, Professeur, Université de Nice Sophia Antipolis Monsieur Jean-Marius SOLO-RAHARINJANAHARY, Maître de Conférences, H.D.R., Université d’Antanarivo, Madagascar

Résumé :

Les pratiques religieuses des personnes d’origine indienne à l’île de La Réunion, ancienne colonie française, présentent une originalité. De nombreuses familles se revendiquent à la fois du catholicisme et de l’hindouisme. Cette situation relève-t-elle d’une accommodation de l’hindouisme au catholicisme, où d’une ancienne domination d’un culte sur l’autre ? Les précédents travaux réalisés sur cette question mettent en avant les excès commis par des prêtres catholiques à l’encontre des immigrants indiens durant la période de l’engagisme, du milieu du XIXe siècle au début du XXe siècle. Ces travaux, initiés durant la décennie 1980, avancent la thèse d’une persécution de l’Eglise sur les Indiens, aboutissant à la « double pratique », conséquence directe supposée de ces excès. Cette thèse entend réexaminer les arguments avancés, et tente d’analyser la situation religieuse des engagés indiens durant cette période. Les éléments sont étudiés au prisme du monde social et religieux au XIXe siècle. Dans une perspective comparatiste, la situation d’autres diasporas, comme l’île Maurice, est questionnée, de même que la question des religions dans le contexte national. L’évolution des relations entre l’Eglise et le Pouvoir durant la troisième République est abordée. Si leur proximité est certaine au début de la colonisation, ces liens restent très forts même après la Révolution, mais l’action des républicains en France hexagonale et dans les colonies impacte la position du catholicisme. La vitalité des cultes hindouistes sur les plantations sucrières, la présence de nombreux engagés issus des comptoirs français de Pondichéry, région ayant connu une forte activité missionnaire au XIXe siècle, les interactions entre les différents cultes sur ces territoires sont autant de facteurs qui nous permettent d’aborder la question sous l’angle des échanges et des contacts entre les religions. Ceux-ci ont lieu bien avant le XIXe en Inde et dans les Mascareignes, leur étude au XVIIIe siècle apporte un éclairage sur l’adhésion aux deux sphères religieuses par les Indiens de La Réunion. A partir de ces nouvelles perspectives, et à contre-courant de la thèse diffusée dans les années 1980, la population d’origine indienne de La Réunion est présentée au XIXe siècle comme actrice de son intégration à la société créole, et du processus historique à l’œuvre dans ses pratiques religieuses.

Mots clés : hindouisme - catholicisme- Lascars – Yamsé - La Réunion - laïcité - engagés indiens - mission - jésuites- Maduré – Saint Thomas -

Océan Indien

Les îles de l'océan Indien > La Réunion <> Les Comores <> Les Seychelles <> Madagascar <> Mayotte <> Maurice <> Rodrigues